DES PAS HUMAINS PAR CENTAINES VIEUX DE MILLIERS D’ANNÉES DÉCOUVERTS EN AFRIQUE

Plus de 400 empreintes de pas d’Hommes de la Préhistoire, un record pour l’Afrique, ont été découvertes et datées sur un site grand comme un terrain de tennis, en Tanzanie.

Parmi les plus de 400 empreintes — dont celle-ci — étudiées par les chercheurs de l’université de Chatham, certaines se dirigent vers une dune, laissant penser que d’autres empreintes pourraient être découvertes en creusant cette dune. © William Harcourt-Smith, American Museum of Natural History

Parmi les plus de 400 empreintes — dont celle-ci — étudiées par les chercheurs de l’université de Chatham, certaines se dirigent vers une dune, laissant penser que d’autres empreintes pourraient être découvertes en creusant cette dune. © William Harcourt-Smith, American Museum of Natural History 

La nouvelle datation indique entre il y a -19.000 et -5.000 ans. Ces traces semblent avoir été laissées par des Homo sapiens.

Article de Laurent Sacco paru le 14/10/2016

Des pas humains par centaines vieux de milliers d'années ont été découverts en Afrique. Les flancs du volcan Ol Doinyo Lengaï, en Tanzanie, sont ravinés par les pluies. Des coulées de boue contenant des cendres émises depuis des dizaines de milliers d'années et plus s'y forment et peuvent dévaler sur les sols alentour. C'est ce qui se serait passé pendant le Pléistocène, il y a moins de 20.000 ans. © Aleksandr Sadkov, Shutterstock

Les flancs du volcan Ol Doinyo Lengaï, en Tanzanie, sont ravinés par les pluies. Des coulées de boue contenant des cendres émises depuis des dizaines de milliers d’années et plus s’y forment et peuvent dévaler sur les sols alentour. C’est ce qui se serait passé pendant le Pléistocène, il y a moins de 20.000 ans. © Aleksandr Sadkov, Shutterstock 

En partie connues depuis 2006, elles avaient attiré l’attention des chercheurs depuis 2008, qui les pensaient âgées de 120.000 ans.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/prehistoire-ce-nous-apprend-plus-grande-collection-empreintes-pas-fossilises-afrique-64776/#xtor%3DEPR-17-%5BHEBDO%5D-20200518-%5BACTU-Ce-que-nous-apprend-la-plus-grande-collection-d-empreintes-de-pas-fossilises-d-Afrique%5D

BULGARIE : LES PLUS ANCIENNES TRACES CONNUES DE LA PRÉSENCE D’HOMO SAPIENS EN EUROPE

Des tests ADN et des datations au carbone 14 révèlent que des Homo sapiens sont arrivés en Europe au moins 5.000 ans plus tôt qu’on ne le pensait, il y a environ 45.000 ans. On a retrouvé leurs restes dans une grotte en Bulgarie.

Ornements personnels et outils en os de la grotte Bacho Kiro (à gauche) et de la grotte du Renne (France, à droite). Les artefacts de la grotte de Bacho Kiro sont attribués à l'Homo sapiens et datent d'environ 45.000 ans. Les artefacts de la Grotte du Renne sont attribués aux Néandertaliens et ne sont pas aussi vieux. © Rosen Spasov et Geoff Smith, CC by-sa 2.0

Ornements personnels et outils en os de la grotte Bacho Kiro (à gauche) et de la grotte du Renne (France, à droite). Les artefacts de la grotte de Bacho Kiro sont attribués à l’Homo sapiens et datent d’environ 45.000 ans. Les artefacts de la Grotte du Renne sont attribués aux Néandertaliens et ne sont pas aussi vieux. © Rosen Spasov et Geoff Smith, CC by-sa 2.0

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-ce-sont-plus-anciennes-traces-connues-presence-homo-sapiens-europe-11003/#xtor%3DEPR-17-%5BHEBDO%5D-20200518-%5BACTU-Ce-sont-les-plus-anciennes-traces-connues-de-le-presence-d-Homo-sapiens-en-Europe%5D

STUPENDEMYS GEOGRAPHICUS : LA PLUS GRANDE TORTUE À AVOIR JAMAIS VÉCU SUR TERRE

Stupendemys geographicus est la plus grosse tortue ayant jamais existé sur Terre. © JA Chirinos 2019
© JA Chirinos 2019 

Stupendemys geographicus était une tortue d’eau douce géante qui vivait entre 13 et 7 millions d’années avant notre ère au nord de l’Amérique du Sud. Des paléobiologistes de l’université de Zurich ont découvert au Venezuela et en Colombie la plus grosse carapace de l’espèce jamais retrouvée : 2,4 mètres de long et 3 mètres de large, pour une masse estimée de 1.145 kg, soit 100 fois plus que son plus proche parent actuel, la tortue amazonienne Peltocephalus dumerilianus.

Stupendemys geographicus vivait en Amérique du sud il y a 10 millions d’années. © E.-A. Cadena et al, Science Advances, 2020

L’existence de Stupendemys geographicus est connue depuis 1976, mais les fossiles restent rares et sont souvent en mauvais état. Les restes des spécimens décrits aujourd’hui dans la revue Science Advances apportent de nouveaux éclairages sur son mode de vie. La tortue présente un fort dimorphisme sexuel, les mâles étant dotés de cornes sur leur carapace qui devaient leur servir lors des combats ou des parades nuptiales. Il faut dire que la tortue devait faire face à de redoutables prédateurs qui peuplaient la planète à l’époque, comme le caïman géant Purussaurus, qui pouvait mesurer jusqu’à 10 mètres de long. Des traces de morsures ont d’ailleurs été retrouvées sur les différentes carapaces découvertes. Sa taille énorme devait sûrement lui permettre d’échapper à l’appétit de ces monstres géants. Les chercheurs estiment aussi qu’elle a pu atteindre de telles dimensions grâce à l’environnement favorable, lorsque l’Amérique du Sud disposait de vastes systèmes lacustres.

ARGENTINE DÉCOUVERTE D’UN NID D’ABEILLES VIEUX DE 100 MILLIONS D’ANNÉES

Le nid construit par l'abeille de la famille des Halictidae, Cellicalichnus krausei, il y a 100 millions d'années. © Jorge Fernando Genise et al. PLOS One

La plupart des scientifiques s’accordent pour dire que les fleurs étaient présentes sur Terre durant le Crétacé (145 millions d’années).
La phylogénétique moléculaire estime que les abeilles sont apparues il y a environ 120 millions d’années, mais aucun fossile d’abeille aussi ancien n’a été retrouvé.

Des chercheurs argentins ont retrouvé les restes d’un nid d’abeilles en Patagonie vieux de 100 millions d’années confirmant que les abeilles étaient vivantes dans la région, se délectant du pollen des fleurs primordiales. C’est la trace la plus ancienne jamais trouvée témoignant de la présence des abeilles.
https://www.futura-sciences.com/…/paleontologie-incroyabl…/…

LE CHARBONNAGE – CAGE CHARGÉE DE PERSONNEL À LA REMONTE DU FOND, 800 MÈTRES.

L’HOMME ET L’INDUSTRIE MINIÈRE DANS LE NORD-PAS DE CALAIS, FRANCE – Métiers d’autrefois vers 1900 – 100 ans d’histoire – 296 photographies
D’après le fonds du Centre Historique Minier du Nord-Pas de Calais

Résultat de recherche d'images pour "mineurs de fond s’apprêtant à descendre dans la mine en 1900"À compter de la seconde moitié du XIXe siècle, les outils de production évoluent. La modernisation progressive des cages et des berlines transforme la descente et la remonte.

Progrès technique et économique, c’est aussi UNE AVANCÉE POSITIVE POUR LES MINEURS. PLUS BESOIN D’UTILISER DES SYSTÈMES D’ÉCHELLES, le transport vers le fond, puis le retour au jour se font désormais à bord des berlines introduites dans les cages.

JOSEPH QUENTIN (1857-1946) NOMMÉ PHOTOGRAPHE OFFICIEL DES
COMPAGNIES DES MINES DE BÉTHUNE, LENS ET MARLES.

Cette fonction lui permet d’effectuer des reportages sur les sites de ces trois compagnies. Entre 1898 et la déclaration de la Première Guerre mondiale, le photographe artésien  réalise des prises de vue aussi bien souterraines au fond de la mine, qu’au « jour » dans les installations de surface.

Il est le premier photographe à avoir pu réaliser des prises de vue au fond. Plusieurs de ses photographies ont été exposées dans le pavillon de la Compagnie des Mines de Lens lors de l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Parmi les plaques de verre qui lui avaient été commandées, il en a sélectionné 25 pour les reproduire sous forme générale de carte postale, créant ainsi la série cartographique La Vie du mineur.

s.d. Ph. non indiqué. Reproduction 42 x 27,2 cm, d’après une carte postale

https://www.crp.photo/wp-content/uploads/2016/04/MINE_EN_OEUVRE_GE.pdf

 

DÉCOUVERTE D’UNE ÉTOILE TRÈS ANCIENNE ET PARTICULIÈREMENT PAUVRE EN MÉTAUX

11.10.18 – PRISTINE 221 –

Des astrophysiciens de l’EPFL ont participé à la découverte de cette étoile . Ce témoin d’un passé reculé permet aux chercheurs de comprendre les premières étapes de l’Univers.

 Juste après le Big Bang, l’Univers était rempli d’hydrogène, d’hélium et de quelques traces de lithium.

Les éléments plus lourds (magnésium, fer, etc.) n’existaient pas encore. Ils n’ont été synthétisés que plus tard, dans les cœurs des premières étoiles et au moment de leurs explosions.

LA TOUTE PREMIÈRE GÉNÉRATION D’ÉTOILES A AUJOURD’HUI DISPARU.

La vie des étoiles est un cycle perpétuel : un nuage de gaz s’effondre et forme une étoile ; celle-ci consume les éléments légers qu’elle transforme en éléments plus lourds par des réactions de fusion thermonucléaire ; enfin, elle meurt en expulsant son gaz dans le milieu interstellaire, alimentant un nuage qui s’effondrera de nouveau pour former d’autres étoiles…

PRISTINE 221 APPARTIENT À LA 2e GÉNÉRATION D’ÉTOILES APPARUES

Le spectre de Pristine 221 montre une atmosphère riche en hydrogène et pauvre en tout autre élément, à part un peu de calcium. Cette absence inhabituelle de métaux indique que cet objet appartient probablement aux premières générations d’étoiles de la galaxie.

NOTRE SOLEIL EST ASSEZ RÉCENT

Les analyses du spectre lumineux de notre Soleil ont montré que son atmosphère contient environ 2% d’éléments lourds. Ce qui indique qu’il fait partie d’une génération stellaire relativement récente et qu’il s’est donc formé en «recyclant» la matière d’étoiles maintenant disparues.

PLUSIEURS MÉTHODES POUR ÉTUDIER L’UNIVERS PRIMITIF

L’une d’elle consiste à regarder le plus loin possible dans l’espace et dans le temps, afin de pouvoir observer la croissance des galaxies et la naissance des premiers soleils.

Une autre est de se concentrer sur les étoiles les plus anciennes de notre Voie lactée.

Codirigée par l’Institut de Leibniz pour l’astrophysique à Potsdam (AIP) et le CNRS/INSU, Observatoire astronomique de Strasbourg, le relevé Pristine a opté pour cette dernière stratégie.

https://actu.epfl.ch/news/une-etoile-ouvre-une-fenetre-sur-les-balbutiemen-8/

https://www.pourlascience.fr/sd/astrophysique/la-premiere-generation-detoiles-de-lunivers-enfin-observeenbsp-12118.php

VANADINITE DU MAROC

MIBLADEN CAPITALE MINÉRALOGIQUE DU MAROC

12071747_10207438450831177_3755537_n

Mibladen, se situant à 200 Km au sud de Meknès, dans la région de Midelt, recèle des trésors inestimés de cristaux de différentes sortes (vanadinite, cérusite, wulfénite, barytine…)

LA VANADINITE

La pierre la plus recherchée, la vanadinite, devient rare depuis la fermeture des mines de Mibladen et d’Ahouli, elle reste la convoitise des collectionneurs de tous bords.

La Vanadinite est un minéral secondaire -issue de l’altération- des gisements de plombs. Il s’agit d’une espèce minérale qui cristallise sous le système hexagonal contrairement à la Rosélite qui elle est tabulaire et allongée.

 Vanadinite de Mibladen, Maroc

Image illustrative de l’article RoséliteRoselite, Ouarzazate, Maroc, Collection et photographie de Christian Rewitzer

NÉE IL Y A 310 MILLIONS D’ANNÉES !

Au Trias (-310 Ma), un océan commençait à se former par une distension, amincissement, de la croute continentale, (pratiquement comme ce qui se passe aujourd’hui dans l’Est de l’Afrique). Ce phénomène étant interrompu, ce genre d’évènement (appelé rifting) engendre un volcanisme important, qui favorisa la précipitation de gisements de plomb et d’autres métaux, grâce aux fluides hydrothermaux issus du volcanisme.

PLOMB, VANADIUM, OXYGÈNE ET CHLORE

La recette de la Vanadinite est plutôt simple : du plomb, un peu de vanadium (métal rare) issu de granite lessivé après le rifting (grâce encore aux fluides hydrothermaux), de l’oxygène et du chlore de l’océan.

ET L’OCÉAN APPORTA SA FINITION…

Quelques millions d’années après, entre le jurassique et le crétacé (entre -200 et -65 Ma, alors que l’ère des dinosaures est à son apogée), l’océan recouvre la région de Mibladen, des sédiments de calcaire se sont déjà déposés entre la période du rifting et celle de la montée de l’océan, l’eau de l’océan dissout alors les métaux contenus dans les filons et les précipite plus loin dans les interstices (appelés géodes) calcaires.

C’est ainsi que s’est formée la vanadinite de Mibladen qu’on retrouve en creusant dans des puits dans le calcaire.

www.ecologie.ma/vanadinite/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vanadinite

http://atlasberberetravel.com/fr/excursions/day-tours-midelt-mibladen-ahouli

JOHANN JAKOB SCHEUCHZER (1672-1733), MÉDECIN ET NATURALISTE SUISSE

 Johann Jakob Scheuchzer, eau-forte de Joseph Nutting (graveur anglais), d’après un original de Johann Melchior Füssli, dessinateur et graveur suisse.

D’une importance particulière est la réussite scientifique de Johann Scheuchzer qui réalisa les premières mesures d’altitude en se servant d’instruments barométriques au lieu d’utiliser des calculs trigonométriques par essence peu fiables.

Par ses études des cristaux de montagne, il est devenu, avec le médecin municipal de Lucerne et naturaliste Moritz Anton Kappeler et son élève Johann Heinrich Hottinger, l’un des fondateurs de la cristallographie moderne.

Ses observations sur le climat lui permirent de rédiger régulièrement des rapports météorologiques.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Johann_Jakob_Scheuchzer

 

LES ARDOISIÈRES DE LEYTRON, VALAIS

Au pied de la paroi de l’Ardève, une montagne en forme de pyramide, des ardoisières à ciel ouvert et en galeries, ont été exploitées jusqu’en 1954.

Ovronnaz.jpg

On y extrayait des calcschistes silicieux du Jurassique inférieur (195 Ma) qui constituent le cœur de la nappe de Morcles.

Ces schistes très fins, essentiellement constitués de quartz et de calcite, comportent des niveaux de micas en fines paillettes et de la pyrite. La présence de ce dernier minéral ainsi que celle de la calcite amoindrissent la solidité de la roche, de ce fait pour faire usage d’ardoises, les plaques devaient être relativement épaisses.Description de cette image, également commentée ci-après

Faciles à débiter et résistantes, les ardoises étaient utilisées surtout comme matériau de couverture et pour fabriquer des tablettes à écrire et des mines de crayon, mais aussi comme revêtement de sol, plateau de table ou élément de corniche.

Entre autres, les ardoises de Leytron ont été utilisées à Zürich à la Sihlpost et à la Engelbahnhof et elles ont même été exportées vers l’Italie.

Les calcschistes renferment parfois des bélemnites tronçonnées avec un diamètre de 3 à 12 mm, mais indéteminables car en trop mauvais état de conservation (Carbonifère à Crétacé, 360 à 65 Ma). Lors du plissement alpin, les bélemnites furent étirées et se rompirent en fragments qui s’éloignèrent les uns des autres.

Encarnita Graf

Extrait du livre : Géotopes – Un voyage dans le temps par Marianne Decrouez, Peter Jordan et Franz Auf des Maur.
https://en.wikipedia.org/wiki/L’Ard%C3%A8ve

CODE D’HONNEUR DES CRISTALLIERS

Un cristallier ayant découvert un four, et ayant laissé un outil ou une marque indiquant sa découverte, s’est vu dépouillé du contenu en minéraux par un autre cristallier.

Pour éviter ce genre de procédés, UN CODE D’HONNEUR fut établi à l’attention des cristalliers collectionneurs, vendeurs de minéraux et fossiles et commerçants.

Il comprend les règles de comportement à l’égard de la nature et envers autrui. Le code d’honneur engage à RESPECTER LES OBLIGATIONS EN RELATION AVEC LA RECHERCHE, LA RÉCOLTE, LA VENTE ET LE COMMERCE ET À COMBATTRE LE PILLAGE, LA DÉVASTATION, LA CUPIDITÉ, LE VOL SUR UN GISEMENT RÉSERVÉ ET VIS-À-VIS DE SES PARTENAIRES COMMERCIAUX.

Le présent code d’honneur fait partie intégrante des statuts de l’Association suisse des cristalliers, collectionneurs de minéraux et fossiles (ASCMF). Il a été adopté par l’assemblée générale ordinaire du 30 août 2003 à Interlaken, Suisse et remplace l’édition du 25 septembre 1982.

Le président central: Charles Handschin
Le secrétaire central: Werner Hausmann

Art. 1
Celui qui cherche des minéraux, des cristaux ou des fossiles et qui exploite un gisement doit se conformer aux dispositions légales et aux règlements et ordonnances locaux. Il est tenu de se renseigner lui-même auprès des autorités compétentes au sujet des patentes et règlements et de les respecter. Il doit respecter la propriété d’autrui, la Nature et le paysage.

Art. 2
Les dégâts aux cultures, forêts, voies de communication, chemins et autres installations doivent être évités à tout prix. Avant de les quitter, les endroits où des recherches ont été faites et les lieux de trouvailles seront nettoyés et remis parfaitement en ordre.

Art. 3
Il est interdit d’utiliser des explosifs, des machines (perforatrices, etc.) ou d’autres équipements mécaniques importants sans une permission de l’autorité compétente, de même que les dimanches et les jours fériés. Il faut en outre s’abstenir d’entreprendre des recherches le dimanche et les jours fériés dans les environs d’endroits habités. Le bruit doit être évité aussi pendant les jours ouvrables.

Art. 4
La mise en réserve d’un gisement pour une exploitation ultérieure doit être signalée visiblement par le dépôt d’un outil et d’un écriteau résistant aux intempéries et portant le nom, l’adresse, ainsi que la date de la mise en travail. Le droit à l’exploitation par celui qui a trouvé un gisement s’éteint en principe au bout de deux ans, si l’exploitation n’a pas été poursuivie ou si le gisement a manifestement été abandonné. Une seule et même personne ne peut réserver simultanément plus de trois (3) gisements dans une région donnée.

Art. 5
Il est interdit d’enlever et d’emporter des minéraux, des outils ou toute autre marque d’un gisement réservé: un tel acte est un vol.

Art. 6
Des gisements importants ou des trouvailles présentant un intérêt scientifique évident doivent être annoncés à un scientifique ou à l’autorité compétente, afin d’assurer une étude méthodique.

Art. 7
L’amateur et le collectionneur doivent chercher en premier lieu des minéraux ou des fossiles et exploiter des gisements pour obtenir des pièces pour leur collection ou pour pouvoir faire des échanges.

Art. 8
Les minéraux, les groupes de cristaux et les fossiles n’ont une valeur réelle pour la science ou pour le collectionneur que si l’endroit exact de la trouvaille en est connu. Celui qui cède ou vend des minéraux, des fossiles, etc. est tenu d’indiquer spontanément à l’acquéreur la provenance exacte et de désigner clairement comme telles des pièces réparées (colle etc.) ainsi que les pièces produites ou modifiées artificiellement (chauffage etc.).

Art. 9
Celui qui fait le commerce de minéraux et de fossiles, qui approvisionne des bourses ou qui exploite commercialement le produit de ses prospections doit le faire dans le cadre des lois en vigueur, en respectant en particulier le principe de la bonne foi et les usages établis dans le commerce des minéraux et des fossiles.

Art. 10
En cas d’infractions à l’encontre du code d’honneur commises par des membres individuels ou d’une section de l’ASCMF, les organes compétents de celles-ci peuvent prendre des mesures envers les fautifs. Selon les directives qui ont été élaborées, les sanctions possibles vont de la simple réprimande, en passant par la réparation des dégâts causés, jusqu’à l’exclusion de la section ou de l’ASCMF.
Tout amateur de minéraux digne de ce nom s’engage sur son honneur à respecter les dispositions qui précèdent.

https://www.svsmf.ch/fr/code-dhonneur