LES ARDOISIÈRES DE LEYTRON, VALAIS

Au pied de la paroi de l’Ardève, une montagne en forme de pyramide, des ardoisières à ciel ouvert et en galeries, ont été exploitées jusqu’en 1954.

Ovronnaz.jpg

On y extrayait des calcschistes silicieux du Jurassique inférieur (195 Ma) qui constituent le cœur de la nappe de Morcles.

Ces schistes très fins, essentiellement constitués de quartz et de calcite, comportent des niveaux de micas en fines paillettes et de la pyrite. La présence de ce dernier minéral ainsi que celle de la calcite amoindrissent la solidité de la roche, de ce fait pour faire usage d’ardoises, les plaques devaient être relativement épaisses.Description de cette image, également commentée ci-après

Faciles à débiter et résistantes, les ardoises étaient utilisées surtout comme matériau de couverture et pour fabriquer des tablettes à écrire et des mines de crayon, mais aussi comme revêtement de sol, plateau de table ou élément de corniche.

Entre autres, les ardoises de Leytron ont été utilisées à Zürich à la Sihlpost et à la Engelbahnhof et elles ont même été exportées vers l’Italie.

Les calcschistes renferment parfois des bélemnites tronçonnées avec un diamètre de 3 à 12 mm, mais indéteminables car en trop mauvais état de conservation (Carbonifère à Crétacé, 360 à 65 Ma). Lors du plissement alpin, les bélemnites furent étirées et se rompirent en fragments qui s’éloignèrent les uns des autres.

Encarnita Graf

Extrait du livre : Géotopes – Un voyage dans le temps par Marianne Decrouez, Peter Jordan et Franz Auf des Maur.
https://en.wikipedia.org/wiki/L’Ard%C3%A8ve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *