DÉCOUVERTE D’UNE ÉTOILE TRÈS ANCIENNE ET PARTICULIÈREMENT PAUVRE EN MÉTAUX

11.10.18 – PRISTINE 221 –

Des astrophysiciens de l’EPFL ont participé à la découverte de cette étoile . Ce témoin d’un passé reculé permet aux chercheurs de comprendre les premières étapes de l’Univers.

 Juste après le Big Bang, l’Univers était rempli d’hydrogène, d’hélium et de quelques traces de lithium.

Les éléments plus lourds (magnésium, fer, etc.) n’existaient pas encore. Ils n’ont été synthétisés que plus tard, dans les cœurs des premières étoiles et au moment de leurs explosions.

LA TOUTE PREMIÈRE GÉNÉRATION D’ÉTOILES A AUJOURD’HUI DISPARU.

La vie des étoiles est un cycle perpétuel : un nuage de gaz s’effondre et forme une étoile ; celle-ci consume les éléments légers qu’elle transforme en éléments plus lourds par des réactions de fusion thermonucléaire ; enfin, elle meurt en expulsant son gaz dans le milieu interstellaire, alimentant un nuage qui s’effondrera de nouveau pour former d’autres étoiles…

PRISTINE 221 APPARTIENT À LA 2e GÉNÉRATION D’ÉTOILES APPARUES

Le spectre de Pristine 221 montre une atmosphère riche en hydrogène et pauvre en tout autre élément, à part un peu de calcium. Cette absence inhabituelle de métaux indique que cet objet appartient probablement aux premières générations d’étoiles de la galaxie.

NOTRE SOLEIL EST ASSEZ RÉCENT

Les analyses du spectre lumineux de notre Soleil ont montré que son atmosphère contient environ 2% d’éléments lourds. Ce qui indique qu’il fait partie d’une génération stellaire relativement récente et qu’il s’est donc formé en «recyclant» la matière d’étoiles maintenant disparues.

PLUSIEURS MÉTHODES POUR ÉTUDIER L’UNIVERS PRIMITIF

L’une d’elle consiste à regarder le plus loin possible dans l’espace et dans le temps, afin de pouvoir observer la croissance des galaxies et la naissance des premiers soleils.

Une autre est de se concentrer sur les étoiles les plus anciennes de notre Voie lactée.

Codirigée par l’Institut de Leibniz pour l’astrophysique à Potsdam (AIP) et le CNRS/INSU, Observatoire astronomique de Strasbourg, le relevé Pristine a opté pour cette dernière stratégie.

https://actu.epfl.ch/news/une-etoile-ouvre-une-fenetre-sur-les-balbutiemen-8/

https://www.pourlascience.fr/sd/astrophysique/la-premiere-generation-detoiles-de-lunivers-enfin-observeenbsp-12118.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *