PLUIE DE DIAMANTS SUR NEPTUNE ET URANUS

Il semble que l’intérieur d’Uranus et de Neptune serait composé de trois couches : un noyau rocheux intérieur, une couche intermédiaire de glaces formées d’eau, de méthane et d’ammoniac et d’une couche externe d’hydrogène-hélium de composition solaire.

Depuis des décennies, expériences et calculs suggéraient que, dans ces géantes, à plus de 10.000 kilomètres de profondeur, le méthane (CH4) subissait une transformation conduisant à la synthèse de diamants.

Une démonstration solide de ce phénomène vient d’être apportée en comprimant un polymère à hautes pressions et hautes températures à l’aide d’un laser. L’objectif des chercheurs états-uniens et allemands du Helmholtz-Zentrum Dresden-Rossendorf n’était pas simplement de reproduire les conditions de pression et de température régnant à l’intérieur des planètes géantes, mais aussi de recréer les réactions chimiques qui s’y produisent.

Tout indique qu’à l’intérieur de planètes géantes comme Uranus et Neptune, les diamants formés pouvent atteindre des poids de plusieurs millions de carats. Au cours de milliers d’années, ces diamants doivent s’enfoncer lentement dans les couches de glace entourant le cœur rocheux des planètes géantes. Au final, de véritables couches de diamants doivent très probablement se former autour du cœur de ces géantes, à partir de pluies de diamants se formant à 10.000 kilomètres sous la surface d’Uranus et de Neptune.

http://www.futura-sciences.com/…/physique-neptune-il-pleu…/…
http://www.skyandtelescope.com/…/uranus-neptune-thin-weath…/

L’image contient peut-être : nuit

TRANSFORMATION DU CO2 INDUSTRIEL EN PÉTROLE AVEC DES MICROALGUES

L’usine pilote BFS d’Alicante en Espagne, vient d’achever en novembre 2010 sa première phase de construction au pied de la cimenterie Cemex (3ème cimentier mondial) et sera pleinement opérationnelle en mars 2011.

Cette usine pilote est capable, par hectare équipé et par an, d’absorber 12.000 tonnes de CO2 et de produire 5.500 barils de pétrole voire, selon l’option retenue, 0.45 Mégawatts d’électricité par heure (le CO2 capté peut être transformé en électricité grâce à des turbines ou des Moteurs de Combustion Internes).

A échéance, cette usine sera déployée sur 40 hectares et neutralisera 450.000 tonnes annuelle d’émissions de CO2 dans l’atmosphère pour une production de 220.000 barils de pétrole sans compter la production de produits secondaires hautement nutritifs (type acides gras essentiels oméga 3, oméga 6…).

Cette usine préfigure l’usine-type de dépollution/valorisation BFS retenue comme modèle à commercialiser pour un déploiement international.

https://www.autourdunaturel.com/bfs-transforme-le-co2-indu…/
http://www.republica.com.uy/niveles-de-co2-en-la-atmosfera…/

L’image contient peut-être : nuage, ciel et plein air

ANCHIORNIS, UN DINOSAURE À CINQ AILES

Anchiornis est un dinosaure « presque oiseau » car il était capable de planer avec ses cinq ailes mais probablement pas apte au vol battu comme les oiseaux. La préservation exceptionnelle de certains spécimens a permis d’identifier les pigments donnant la couleur à ses plumes.

Tous les spécimens d’Anchiornis ont été aplatis lors de la fossilisation. Cette réplique du squelette a été réalisée à partir d’un fossile scanné à très haute résolution, dont il a pu être restitué numériquement, puis reproduit grâce à une imprimante 3D.
https://www.unil.ch/…/pour-les-medias/le-reveil-du-dodo.html
https://www.amnh.org/…/di…/dinosaur-feathers-to-bird-flight/

L’image contient peut-être : oiseau

L’ENVOL DES DINOSAURES À PLUMES, DU FILAMENT À LA RÉMIGE

Au cours de l’évolution, le développement de barbules a favorisé l’entrecroisement des filaments formant ainsi une plume. Avec une triple ramification, la plume devient une véritable voilure étanche permettant le vol.

Les différents stades de l’évolution des plumes. 
Stade 1 : filament de dinosaure primitif
Stade 2 : filaments multiples ramifiés (duvet)
Stade 3 : filaments multiples ramifiés (duvet)
Stade 4 : plume plane avec triple ramification
Stade 5 : régime (asymétrique) avec triple ramification

Aucun texte alternatif disponible.

QUAND LA MÉDITERRANÉE A PERDU 2 KM D’EAU, ELLE EST DEVENUE TRÈS SALÉE ET DES VOLCANS SE SONT ALLUMÉS

Entre 6 et 5,3 millions d’années, une grande crise de l’environnement a affecté la Méditerranée. Des mouvements tectoniques en liaison avec la dérive des continents ont commencé à isoler la Méditerranée de l’Atlantique au niveau de Gibraltar. La salinité de cette mer a commencé à augmenter du fait de l’évaporation.

CETTE BAISSE DES EAUX, DU FAIT DE LA RESTRICTION DES ÉCHANGES ENTRE MÉDITERRANÉE ET ATLANTIQUE, A DONNÉ LIEU À UN DÉPÔT DE PLUS DE 1 MILLION DE KM3 DE SELS, RÉPARTIS SUR PLUS DE 2 MILLIONS DE KM2 : ENVIRON 5 % DU STOCK TOTAL DE SELS DISSOUS DANS L’OCÉAN MONDIAL ONT AINSI ÉTÉ PIÉGÉS. RESSEMBLANT À L’ACTUEL LAC ASSAL, AFRIQUE DE L’EST.

Un groupe de géologues de l’université de Genève (Unige), en collaboration avec des membres des universités d’Orléans, de Pierre-et-Marie-Curie, à Paris, et de l’institut ICTJA-CSIC, de Barcelone sont partis de l’idée que LA QUANTITÉ D’EAU ÉVAPORÉE A PROVOQUÉ UNE BAISSE DE LA PRESSION QU’EXERÇAIT LA CROÛTE TERRESTRE SUR LE MANTEAU, RÉSULTANT UNE AUGMENTATION DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE EN MÉDITERRANÉE PENDANT LA CRISE MESSINIENNE. Une telle dépressurisation rend plus facile la fusion partielle du manteau et la formation de bulles de gaz dans le magma (comme lorsque l’on débouche une bouteille d’eau gazeuse agitée, la baisse de pression engendre brusquement la naissance de bulles de gaz). Article publié dans Nature Geoscience.

On a donc des raisons supplémentaires de croire que des changements climatiques entraînant des baisses des niveaux des glaces ou des eaux peuvent augmenter le volcanisme, lequel, à son tour, peut influencer le climat via des émissions de gaz carbonique et d’aérosols, soufrés notamment.

Image :
En blanc, la ligne de la côte méditerranéenne telle qu’on la connaît aujourd’hui. En bleu, les régions submergées lors d’un abaissement du niveau de la Méditerranée de 2 km, comme ce qui a été proposé pour la crise de la salinité. Les cercles rouges indiquent les centres volcaniques, dont l’activité a augmenté pendant le Messinien (la taille du cercle est proportionnelle à l’augmentation). © Unige

http://www.futura-sciences.com/…/tectonique-plaques-medit…/…

Aucun texte alternatif disponible.

PEDERPES FINNEYAE, FOSSILE DU PREMIER MARCHEUR

Un fossile, mis à jour en 1971 dans des dépôts calcaires du nord de Dumbarton en Ecosse, considéré jusqu’alors comme étant celui d’un poisson, serait en fait celui du pied le plus primitif à avoir foulé le sol.

Cet animal a été classifié comme ayant vécu il y a 345 millions d’années. Il mesurait environ un mètre de long, ses membres étaient petits et son crâne, celui d’un prédateur, imposant. Il ressemblait à un crocodile un peu disgracieux.

Le fossile comble un trou de 20 millions d’années dans la succession des fossiles de tétrapodes. Il illustre comment la vie sur terre a réalisé la transition entre les créatures purement aquatiques et les créatures capables de faire des incursions sur les rives, a déclaré le Dr Jenny Clack, qui a étudié le fossile. La revue Nature a publié les recherches sur le sujet.

http://www.futura-sciences.com/…/zoologie-ce-poisson-march…/
https://en.wikipedia.org/wiki/Pederpes

Aucun texte alternatif disponible.

MARY ANNING, FEMME PALÉONTOLOGUE (1799-1847)

Mary Anning découvrit à 12 ans le premier fossile connu d’un Ichtyosaure long de 9m, sur la côte de Lyme Regis dans le sud de l’Angleterre. Cette pionnière de la paléontologie découvrira également le premier squelette d’un Plésiosaure, ainsi que du premier Ptérosaure anglais.

Les années 1824 et 1825 apportèrent à Mary Anning un retentissant succès avec les découvertes successives d’un Plésiosaure, un grand reptile marin, d’une Bélemnite complète avec son sac d’encre qui ressemblait à un calmar, d’un Ptérosaure, d’un poisson entre le requin et la raie nommé Squaloraja et d’un Plésiosaure d’une nouvelle sorte.

Les découvertes de Mary Anning attestèrent l’hypothèse de l’extinction d’espèces inconnues, hypothèse suggérée dès la fin du XVIIIe siècle par le naturaliste français Georges Cuvier.

https://femmessavantes.pressbooks.com/chapter/mary-anning-paleontologue-1799-1847/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Anning

EXPLOSION CAMBRIENNE

L’explosion cambrienne (-541 et -530 millions d’années) désigne l’apparition soudaine – à l’échelle géologique – de la plupart des grands embranchements actuels de métazoaires (animaux pluricellulaires) 1 ainsi qu’une grande diversification des espèces animales, végétales et bactériennes. Avant cette explosion, la plupart des organismes étaient simples et composés de cellules individuelles parfois regroupées sous forme de colonies. Le nombre de spécimens découverts reste faible mais démontre une grande diversité de classes dont certaines ont complètement disparu.

Cette explosion fut révélée en 1909 par la découverte dans les schistes de Burgess au Canada d’un biotope marin encore inconnu jusque-là.

http://prehistorimania.canalblog.com/…/…/10/16/28227645.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Explosion_cambrienne